· 

Reste, personne ne t’attend !

Elle décrocha le téléphone

— Allo?

— Maman ? 

— Damien, c’est toi ? c’est à cette heure-ci que tu m’appelles ? il est minuit, je dors.. qu’est-ce qu’il y a ? tu as eu un accident ? on doit venir te chercher ? où es-tu ? 

— Maman, tais toi !

— M’enfin Damien, comment oses-tu me parler ? je suis ta mère !

(silence)

— Damien, tu es encore là ? 

— Je n’aurais pas dû appeler, je suis désolé de t’avoir réveillée 

— qu’est-ce qu’il y a Damien ? 

— Maman, je suis désolée.. je vais bientôt te rejoindre.. j’avais espéré que..

 

— Me rejoindre ? comment ça me rejoindre . mais ce n’est pas possible, tu le sais bien. 

 

 

(silence)

— Damien ? .. a-t-on idée de réveiller les gens à cette heure, maugrée-t-elle pour elle-même. Allez mon chéri, va dormir. Tu viendras me voir à la Toussaint, comme d’habitude. J’aime bien quand tu apportes des fleurs.

— Maman,  je suis à l'hôpital..

— Tu es à l'hôpital ? rien de grave j’espère ! on te soigne bien ? tu sors bientôt ?

(silence)

— Maman, pour une fois, veux-tu te taire ? même la-bas tu n’as pas appris à te taire et à écouter ! c’est désespérant ! 

— M’enfin !  répondit-elle outrée

— Tais-toi maman ! laisse-moi parler !

il reprit son souffle et poursuivit :

— Nous avons eu un accident de voiture. Il faisait nuit et la route était glissante. J’ai voulu éviter un cycliste qui venait de droite et la voiture a dérapé contre un arbre.

— Mon dieu, Damien, que me racontes-tu ! d’où venait ce cycliste ? tu l’as heurté ? il est mort ? blessé ?

(silence) 

— Je ne sais pas pour le cycliste. Nous avons été transporté aux urgences. Maman, nous allons tous les trois vous rejoindre, papa et toi. Le choc a été terrible.

— Oh tu sais, ton père est parti depuis longtemps. Ils sont venus le chercher “pour un monde meilleur” m’a-t-il dit ! c’est pas si terrible ici, tu sais ! si tu peux ne pas venir , c’est mieux; Et puis j’ai mes petites habitudes, tu sais. Bon je vais raccrocher. Si tu viens, dis moi quand, comme ça je serai là. Allez bonne nuit !

— Non attends… 

— Quoi ? tu as encore quelque chose à me dire ?

— Je te dis qu’on va venir te voir bientôt

— Me voir bientôt ? mais pour quoi faire ? tu es encore jeune! et puis, c’est qui ça on ? tu as une petite amie ?

(silence)

— ça fait longtemps qu’on ne s’est plus vus, je vais venir avec Madeleine et Tristan. Il a bien grandi depuis la dernière fois. S’il te plait, sois gentille avec Madeleine quand tu la verras.

— Non, je ne crois pas que ce soit une bonne idée. Bonne nuit, Damien. Prends bien soin de toi.

— Oui maman. A bientôt. bonne nuit.

Elle raccrocha. 


Hôpital Saint Jean - bloc opératoire - une nuit de janvier 

— son coeur repart, c’est bon on le tient, comment vont la femme et le petit ?

— Ils sont sortis d’affaire, on était à deux doigts de les perdre eux aussi et puis les constantes se sont stabilisées tout à coup.

— Un vrai miracle. C‘était probablement pas encore leur heure. Personne ne les attendait de l’autre côté sans doute. 

— Arrête avec ces foutaises. Allez, je le monte en réanimation, vas te reposer en attendant le prochain arrivage. La nuit n’est pas finie et la météo est pourrie.

 

 

***FIN***

@laurence legrand - tous droits réservés

@crédit photo : meltsovv sur Pixabay


Je vous invite à vous inscrire à ma newsletter

et lire aussi cette histoire "rencontre un matin de Noël" 


Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    Тамара (samedi, 08 janvier 2022 08:53)

    Le problème séculaire dans la compréhension des parents et des enfants... Comme c'est compréhensible.

  • #2

    Paul-Gabriel (mardi, 11 janvier 2022 14:17)

    Merci de me faire connaître vos textes. Vous avez un talent affirmé pour la scénarisation d'échange sur le vif.

  • #3

    Laurence Legrand Auteur (mardi, 11 janvier 2022 21:22)

    @tamapa
    Merci pour votre commentaire. En effet, les relations parent-enfant sont celles qui nous font le plus travailler sur nous-mêmes et le plus souffrir, en prélude de nos difficultés de couple probablement.

  • #4

    Laurence Legrand Auteur (mardi, 11 janvier 2022 21:24)

    @Paul-Gabriel
    Votre commentaire me fait fort plaisir et je vous en remercie. Il est vrai que je "vois" mes personnages comme dans un film et si un jour je pouvais écrire un scénario, ce serait un bel accomplissement pour moi. Merci !

  • #5

    Henrard (lundi, 17 janvier 2022 11:03)

    bravo ma chérie j'ai envie de lire les autres histoire

  • #6

    Huguette Faes (vendredi, 21 janvier 2022 13:08)

    Cette histoire me prend aux tripes depuis le début et je comprends de plus comment parfois on passe à côté de l'essentiel quand on n'écoute pas l'autre. D'autre part, j'ai été bien soulagée que Damien et sa famille soient sortis d'affaire, le style direct et vivant entretenait l'angoisse.

  • #7

    Laurence Legrand Auteur (vendredi, 21 janvier 2022 19:14)

    @Huguette
    Je suis contente que cette histoire t'ai plu.