· 

Défi d'écriture de l'Avent - Jour 21


J'ai décidé de participer au calendrier de l'avent de l'écriture avec Marie-Adrienne Carrara du blog 'à propos d'écriture'. C'est la deuxième année que je m'y attelle et l'année d'avant, je n'avais pas tenu jusqu'au bout...Cette année, je m'y engage ! et pour me motiver à tenir, je vous partagerai mes textes.


Vous pouvez lire ici le défi d'hier :  Défi de l'avent


𝗗𝗲́𝗳𝗶 𝗱𝘂 𝗷𝗼𝘂𝗿 𝟮𝟭 : 𝗲́𝗰𝗿𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻𝗲 𝗵𝗶𝘀𝘁𝗼𝗶𝗿𝗲 𝗰𝗼𝘂𝗿𝘁𝗲 𝗲𝗻 𝟰𝟬𝟬 𝗺𝗼𝘁𝘀 𝗺𝗮𝘅𝗶𝗺𝘂𝗺.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image par StockSnap de Pixabay

Renaissance

 

Le mépris était sa seconde nature. Elle toisait les gens avec condescendance. Elle les trouvait tellement médiocres et s’irritait de leur incompétence. On l’évitait le plus souvent possible. Mais on ne pouvait pas s’en débarrasser. Elle était là depuis la création du bureau, elle était sa mémoire et connaissait tous les rouages de la procédure. Plus d’un avait démissionné après avoir travaillé sous ses ordres. Elle avait son bureau au dernier étage vide de la tour et rares étaient les visiteurs. On ne savait plus depuis quand ni pourquoi elle avait été reléguée là et les rumeurs circulaient dans les couloirs de l’administration. Même son chef se débrouillait pour ne pas l’affronter directement et lui faisait envoyer les dossiers non résolus par le dernier arrivé.

 

Ce matin, justement, il avait envoyé le petit nouveau avec une pile de dossiers urgents. Celui-ci prit l’ascenseur. Une femme y était déjà présente, habillée en noir, lunettes noires. Il vit que le bouton du dernier étage était déjà allumé. Les portes se fermèrent et l’ascenseur monta. Ils ne s’échangèrent aucun mot, ni aucun regard.

 

Les portes s’ouvrirent sur un couloir sombre. Il hésita et la femme lui passa devant pour sortir et prendre vers la droite. Il suivit bêtement, car on lui avait expliqué que le bureau de l’administratrice se trouvait à droite au bout du couloir.

Il chercha sur le mur du couloir un interrupteur et la pile de dossiers encombrante vacilla, il tenta de la redresser mais deux dossiers tombèrent à terre. Il s’accroupit pour les ramasser quand son regard fut capté par un éclair lumineux au bout du couloir.

Il vit la femme habillée en noir revenir vers lui, le dépasser et reprendre l’ascenseur qui était resté au même étage. Elle disparut derrière les portes.

 

Le jeune homme reprit ses dossiers, avança jusqu’au bout du couloir et frappa à la porte entrebâillée du bureau. Il entra et découvrit une femme souriante derrière son bureau qui l’invita à s’asseoir et à déposer ses dossiers sur le bureau. Elle lui proposa une tasse de café et demanda des nouvelles d’en bas. Il dit qu’il venait d’arriver et était curieux de ce qu’elle faisait ici toute seule au dernier étage. Elle lui répondit qu’elle n’en savait rien non plus, comme si elle avait dormi pendant longtemps et venait de se réveiller.

 

Laurence Legrand


cette histoire courte vous plait ? Je serais vraiment heureuse de lire votre commentaire ci-dessous :


Écrire commentaire

Commentaires: 0